newwworld Index du Forum
newwworld Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

La justice par défaut d'amitié selon Aristote

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    newwworld Index du Forum -> Français à l'université -> Philosophie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
zakaria
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2011
Messages: 411
Localisation: Béni Mellal
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 龍 Dragon
Point(s): 414
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Dim 19 Juin - 13:02 (2011)    Sujet du message: La justice par défaut d'amitié selon Aristote Répondre en citant

La justice par défaut d'amitié selon Aristote
 



"D'ailleurs, si les citoyens pratiquaient entre eux l'amitié, ils n'auraient nullement besoin de la justice ; mais, même en les supposant justes, ils auraient encore besoin de l'amitié ; et la justice, en son point de perfection, paraît tenir de la nature de l'amitié." (Aristote).  
Selon le Stagirite l'amitié et la justice ont ceci de commun qu'elles définissent toutes deux la meilleure façon de vivre en commun, et plus précisément la "mesure de l'association" en général. En effet c'est dans la communauté que se manifeste l'amitié, c'est à partir de là qu'elle s'avère pratiquement nécessaire, exactement comme la justice. Pourtant l'amitié constitue un modèle de justice, elle en est la forme la plus naturelle et la plus parfaite, au point que son règne réalisé rendrait la dite justice inutile. Puis Aristote fait un détour par le politique afin d'étayer son argumentation, et va du coup en dévoiler le motif profond. Il y a trois grandes formes d'organisation politique, et donc trois manières inégales de réaliser parallèlement la justice et l'amitié entre les hommes. La royauté constitue une forme éminente de gouvernement où le roi, s'il est vertueux, dispense à ses sujets la même amitié protectrice qu'un père peut offrir à ses enfants ; et surtout le père donne ce qu'il y a de plus précieux, à savoir l'existence. Cependant la forme dévoyée de ce régime, la tyrannie, sera une insulte d'autant plus grande à cette amitié sublime. Le gouvernement aristocratique, fondé sur le mérite et dont la forme pervertie est l'oligarchie (règne des privilèges injustifiés), reproduit la sorte d'amitié pouvant exister entre un mari et son épouse. Enfin la timocratie, régime censitaire (gage de qualité) et égalitaire, avec son dérivé la démocratie, s'approche au plus près de l'amitié fraternelle et donc de l'essence même de la communauté.  
On remarque immédiatement cet effet de boucle entre fraternité et paternité, démocratie et royauté, puisque évidemment le statut des frères dépend de leur statut commun de fils. Le paramètre naturel paraît donc ici central, bien perceptible dans le terme de fraternité (naturelle, sans aucune ambiguïté) et même au cœur du concept de communauté (l'être commun, le comme-un comme schème politique fondamental) ; prééminence donc d'un fatidique « droit naturel » qui confond d'abord amitié et fraternité, puis amitié et justice. Dans ce dernier cas cependant, même si l'amitié inspire la justice, celle-ci relaye clairement la première et donc scelle, d'une certaine façon, sa disparition ou son utopie. Si les fondements métaphysiques d'Aristote sont naturalistes, sa problématique est bien intrinsèquement politique voire juridique. La « laïcité », autant dire l'esprit philosophique d'Aristote n'est nullement en cause et s'en trouve même confirmé. Aristote adopte cette référence fraternelle, en elle-même foncièrement a-politique, uniquement parce qu'elle lui paraît la plus juste possible eu égard à cette « association » de concepts et de propositions que constitue la rationalité philosophique ; cependant la « mesure » elle-même de ces associations reste empruntée au monde naturel des « références », est une référence. Ce qui est juste, donc, se laisse formuler au moyen d'un « comme » : il en va de la justice comme de l'amitié, de l'amitié comme de la fraternité, et de celle-ci comme symbole de la com-munauté, etc... Ce n'est pas encore l'amitié sans-justification de Montaigne, belle en tant que telle, et ce n'est pas encore la justice en tant que souveraine, "simplement" juste. 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 19 Juin - 13:02 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    newwworld Index du Forum -> Français à l'université -> Philosophie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com