newwworld Index du Forum
newwworld Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

QU'EST-CE QUE LA PHILOSOPHIE ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    newwworld Index du Forum -> Français à l'université -> Philosophie
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
zakaria
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2011
Messages: 411
Localisation: Béni Mellal
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 龍 Dragon
Point(s): 414
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 11:14 (2011)    Sujet du message: QU'EST-CE QUE LA PHILOSOPHIE ? Répondre en citant

QU’EST-CE QUE LA PHILOSOPHIE ?

On peut répondre à cette question philosophique, peut-être la plus décisive de toutes, soit en tentant de recenser les diverses acceptions des mots «philosophie» et «philosophe» dans le langage de notre temps, où ils sont employés sans précaution («philosophie de l'entreprise»,«philosophie du sport», «nouveaux philosophes», etc.), soit en explorant les différents systèmes qui jalonnent l'histoire de la philosophie, de l'Antiquité à nos jours. Par-delà les multiples variations du sens de ces termes, il convient de cerner l'essence de la philosophie et ses thèmes permanents.
L'étymologie du mot, d'origine grecque: philo, «j'aime»; sophia, «sagesse», définit la
philosophie comme l'«amour de la sagesse». Cependant, il reste à savoir quelle est cette sagesse dont la philosophie est l'amour. D'autre part, si la philosophie est née en Grèce, depuis quand existe-t-elle, sous quelles formes s'est-elle manifestée et, enfin, s'il a existé des philosophes et s'il en existe encore, qui sont-ils et quelle est leur activité spécifique?
De telles questions ne peuvent recevoir immédiatement une réponse à la fois objective et neutre. En effet, la diversité des doctrines philosophiques et des figures de philosophes est si considérable qu’on se demande où commencer. Dès lors, on comprend que le célèbre professeur de philosophie Jules Lachelier ait pu, en 1864, inaugurer son cours à l'École normale supérieure par cet aveu volontairement provocant: «Qu'est-ce que la philosophie?
Je l'ignore.»
 
  
  


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 11:14 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
zakaria
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2011
Messages: 411
Localisation: Béni Mellal
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 龍 Dragon
Point(s): 414
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 11:19 (2011)    Sujet du message: QU'EST-CE QUE LA PHILOSOPHIE ? Répondre en citant

I-NAISSANCE DE LA PHILOSOPHIE

Au début du Vie siècle av. J.-C., en Grèce, plus précisément à Milet, en Ionie – ancienne colonie grecque d'Asie Mineure –, des hommes, réservant aux dieux seuls la qualité de «sages», se déclarèrent philosophes, c'est-à-dire simplement «amis» de la sagesse. Selonu ne ancienne tradition, c'est Pythagore qui aurait forgé le mot philosophos pour désigner
ceux qui s'intéressaient non pas aux événements et aux apparences, mais au principe de toute chose.
Le premier d'entre eux, Thalès de Milet (vers 625 — 547 av. J.-C.), n'a rien écrit. On sait seulement que, pour lui, l'élément premier de la nature était l'eau, tandis que, pour Anaximandre, c'était l'infini, pour Anaximène l'air, et pour Héraclite le feu. En fait, dès sa naissance, la philosophie s'est présentée, en opposition avec les mythes cosmogoniques de l'origine du monde, comme la science ou la connaissance vraie de la Nature. Et c'est cette connaissance qui devait permettre à l'homme de se tenir sagement à sa vraie place, entre les dieux et les animaux, au sein des éléments naturels.
 

Dans cette même perspective, la philosophie sera conçue très tôt comme une activité
spécifique visant à procurer à ses adeptes le salut par la sagesse. Que faut-il entendre par
cette sagesse (sophia), que les Latins nommeront sapientia? «Selon la définition des
anciens philosophes, dira Cicéron, c'est la science (ou connaissance exacte et approfondie)
des choses divines et humaines, ainsi que des principes sur lesquels elles reposent.» Or
nulle autre activité, dans la cité des hommes, n'affiche un projet aussi ambitieux. Dès lors,
philosophes et non-philosophes s'accordent implicitement sur cette idée que si la philosophie
est possible, si elle n'est pas un vain mot, elle doit faire du philosophe un être qui a quelque
rapport avec l'intelligence divine.
C'est pourquoi, dès leur apparition, les philosophes feront l'objet de railleries, de procès et de
condamnations à la mesure de leur projet. Un certain hermétisme poétique enveloppe
toutefois la hardiesse des premières conceptions philosophiques du monde. Il caractérise en
particulier le langage des présocratiques de la fin du Vie siècle av. J.-C.: pour Héraclite
d'Éphèse, dit l'Obscur (Skoteïnos), la loi éternelle de la Nature est celle de «l'unité des
contraires». Pour ce philosophe du devenir, «tout s'écoule» (panta rheï). Pour Parménide
d'Élée, au contraire, «seul l'Être est absolu, un, immobile, éternel». Pour Empédocle
d'Agrigente, enfin, c'est la discorde qui a rompu l'unité primitive et engendré le monde, avec
ses quatre éléments: l'air, le feu, puis l'eau et la terre. De telles épopées, dont il ne nous
reste d'ailleurs que des fragments, sont encore à mi-chemin de la poésie et de la
métaphysique, ce qui permet à ces penseurs d'exprimer, sans crainte de représailles, leur
vision grandiose de la Nature.

 
 
  
  


Revenir en haut
zakaria
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2011
Messages: 411
Localisation: Béni Mellal
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 龍 Dragon
Point(s): 414
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 11:21 (2011)    Sujet du message: QU'EST-CE QUE LA PHILOSOPHIE ? Répondre en citant

II-PHILOSOPHIE ET RELIGION

Loin de s'ignorer, la philosophie et la religion, ces deux grandes productions de la pensée et
de l'histoire humaines, n'ont cessé de se mesurer l'une à l'autre, s'affrontant avec des armes
différentes (raison et révélation), sur un même champ de bataille, infiniment vaste: celui des
choses divines et humaines, et des principes qui les fondent ou les maintiennent. De sorte
qu'aux divers moments de l'histoire il y a toujours eu, entre philosophie et religion, conflit
ouvert ou latent, ou attraction réciproque, voire dissolution intégrale de l'une des deux dans
l'autre.
Ainsi, la religion, bien avant de se présenter, avec Thomas d'Aquin (1225 — 1274), comme
la seule philosophie absolument vraie, commence par repousser et condamner toute
«philosophie» pour cause d'impiété ou d'hérésie, comme elle le fit dans la Grèce antique dès
le Ve siècle av. J.-C. En effet, ce siècle fut marqué par une série de procès en hérésie
uniques dans l'histoire athénienne. Le refus de croire au surnaturel ayant été considéré
comme un délit, la plupart des maîtres de la pensée grecque d'alors, don’t la réflexion portait
sur la Nature, furent bannis ou obligés de fuir.
Anaxagore de Clazomènes fut accusé d'impiété et condamné à mort pour avoir soutenu que
le Soleil était une masse incandescente. Apprenant sa condamnation, il répondit que
«depuis longtemps déjà, la Nature l'avait condamné à mort, ainsi que ses juges».
Cependant, sauvé par Périclès, qui était son disciple, il paya une amende et dut s'exiler.
Protagoras d'Abdère, illustre sophiste contre qui Platon écrivit un dialogue (Protagoras), fut
accusé à son tour d'impiété et chassé d'Athènes pour avoir dit que «des dieux, je ne peux
savoir ni s'ils existent, ni s'ils n'existent pas, ni quel pourrait bien être leur aspect», et pour
avoir écrit cette formule mémorable: «L'homme est la mesure de toutes choses, de celles qui
sont, en tant qu'elles sont, de celles qui ne sont pas, en tant qu'elles ne sont pas.»
Diagoras de Mélos, autre sophiste, ayant commis un parjure qui resta impuni, tourna en
dérision le culte des dieux. Sa tête fut mise à prix, et il dut chercher refuge à Corinthe, où il
finit ses jours. Comme on lui montrait, en faveur de la Providence, les nombreuses offrandes faites aux dieux par des navigateurs réchappés de naufrages, il rétorqua: «Que serait-ce si
tous ceux qui ont péri avaient apporté les leurs!»
Quant au plus illustre de tous, Socrate, son procès revêt une signification philosophique
exemplaire. Un certain Mélétos, homme de paille du puissant Anytos, déposa contre le
philosophe, alors âgé de soixante et onze ans, la plainte suivante: «Socrate est coupable de
ne pas reconnaître comme dieux les dieux de la cité et d'en introduire de nouveaux; il est
coupable aussi de corrompre la jeunesse. La peine demandée est la mort.» Déclaré
coupable par 281 voix contre 220, mais invité à fixer lui-même sa peine, Socrate – maître en
ironie – demanda que la cité lui rendît les honneurs dus aux héros, ou, à défaut, lui infligeât
une faible amende. Il fut alors condamné à boire la ciguë.

 
 


Revenir en haut
zakaria
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2011
Messages: 411
Localisation: Béni Mellal
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 龍 Dragon
Point(s): 414
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 11:23 (2011)    Sujet du message: QU'EST-CE QUE LA PHILOSOPHIE ? Répondre en citant

III-LA SAGESSE SOCRATIQUE

La philosophie est ainsi née, avec la mort de Socrate, sous le signe de la suspicion. Elle a
été condamnée par les pouvoirs en place, censés juger au nom de la société. Pourtant,
Socrate a gagné son procès en appel, mais aussi celui de la philosophie. En effet, le succès
ultérieur de cette figure déconcertante, don’t les paroles ne cessent de nous tenir en éveil,
atteste que Socrate représentait mieux que ses juges l'avenir de la pensée.
La leçon de Socrate a été recueillie et restituée par Platon – son élève – dans des dialogues
qui gardent aujourd'hui encore toute leur vigueur. Pourtant, la sagesse socratique est
philosophiquement paradoxale: c'est celle d'un homme qui, reconnu comme la plus haute
figure du philosophe, n'a pourtant rien écrit et ne s'est jamais présenté lui-même comme
sage. Il s'est contenté de débusquer, par ses questions (la fameuse ironie socratique),
l'ignorance de ses interlocuteurs, qui se montre à nu derrière un langage sans rigueur et des
pensées toutes faites.
Socrate est – comme le dit l'oracle – le plus sage des Grecs, parce qu'il sait qu'il ne sait rien,
tandis que les autres croient savoir. Ils ignorent surtout qu'ils n'ont pas à recevoir la vérité de
quelqu'un d'autre. C'est ce qu'illustre, dans un dialogue de Platon, le Ménon, le célèbre
exemple du petit esclave qui, sans avoir jamais étudié, trouve tout seul la solution d'un
problème de géométrie, guidé seulement par les questions opportunes de Socrate. En un
temps qui séparait absolument les Grecs des «Barbares» et les hommes libres des
esclaves, la sagesse socratique enseigne ainsi que la vérité s'offre à tous, sans appartenir à
personne en particulier, fût-il Socrate. Car celui-ci prétend seulement accoucher les esprits
(maïeutique), comme sa mère – la sage-femme Phénarète – accouchait les corps. Avec Socrate, la philosophie «descendue du ciel sur la terre», comme dira Cicéron, s'annonce
donc, en premier lieu, comme le refus de l'opinion et des préjugés auxquels le plus grand
nombre souscrit aveuglément, sans y avoir réfléchi. De plus, les seules ressources
humaines, telles qu'elles se trouvent en chacun, doivent suffire pour nous guider sagement
dans nos recherches et nous procurer le salut. De tels principes, caractéristiques d'un
humanisme de la raison, s'imposeront désormais à toute doctrine philosophique digne de ce
nom. Mais, avec la mort de Socrate, la philosophie est loin d'avoir dit son dernier mot.

 
 


Revenir en haut
zakaria
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2011
Messages: 411
Localisation: Béni Mellal
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 龍 Dragon
Point(s): 414
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 11:24 (2011)    Sujet du message: QU'EST-CE QUE LA PHILOSOPHIE ? Répondre en citant

IV-LE PHILOSOPHE SELON PLATON

Platon va reprendre les interrogations de son maître et couronner ses recherches par une
doctrine politique, fondée sur la contemplation du Bien. La philosophie devient alors, au sein
de la cité, une activité séparée, réservée à ceux qui auront opéré une conversion radicale de
leur âme vers la lumière céleste. Délivrés de la caverne aux illusions, ils doivent s'élever
jusqu'à l'Idée du Bien, avant de redescendre dans la cité, parmi leurs anciens compagnons
de captivité, pour les éclairer à leur tour.
La philosophie se définit ainsi positivement comme une vocation élitiste de pédagogie
politique, et négativement par opposition aux activités dont elle se distingue: celles des
travailleurs, esclaves et artisans, des marchands, des guerriers, des magistrats. Activité
spécifique de l'esprit, elle est appelée à faire du philosophe le guide spirituel de la cité. La
philosophie voit alors s'ouvrir devant elle de très vastes perspectives, dans deux directions:
vers l'Idée du Bien, qui l'éclaire comme le soleil, et vers la cité (polis), dont elle inspire les lois
et règle les institutions.
Quant à la figure platonicienne du philosophe, qui s'inspire encore de Socrate, elle se
dessine à son tour par opposition à son négatif: le «non-philosophe», qui aime son corps
(philosômatos), les plaisirs (philèdonos), l'argent (philarguros), la richesse (philochrèmatos),
le pouvoir (philarchos) , les honneurs (philotimos) et les faux savoirs (philodoxos).

 
 


Revenir en haut
zakaria
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2011
Messages: 411
Localisation: Béni Mellal
Masculin Gémeaux (21mai-20juin) 龍 Dragon
Point(s): 414
Moyenne de points: 1,01

MessagePosté le: Jeu 16 Juin - 11:26 (2011)    Sujet du message: QU'EST-CE QUE LA PHILOSOPHIE ? Répondre en citant

V-TROIS QUESTIONS FONDAMENTALES: «Que puis-je connaître? Que dois-je faire? Que m'est-il permis d'espérer?»

Même en réservant à la théologie la solution du problème des rapports entre l'homme et
Dieu, il reste à régler celui de la connaissance de la Nature et de la place de l'homme dans
le monde. La méditation sur ces questions fondamentales met en jeu, depuis le
«dogmatisme» jusqu'au «relativisme», toute l'histoire de la métaphysique.
Inaugurée par Aristote, la métaphysique est reconstruite par Descartes sous le nom de
philosophie première (prima philosophia). Confiante, à l'instar du dogmatisme platonicien,
dans la possibilité d'atteindre une vérité absolue, la théorie métaphysique de la
connaissance connaît une «révolution copernicienne» avec Kant, fondateur de la philosophie
critique, qui l'oriente désormais vers le relativisme.
Sans négliger la question de la connaissance, une autre lignée de penseurs se préoccupe
avant tout de répondre aux problèmes de la morale, de ses règles et de ses fondements. À
la question de savoir quel est le souverain Bien, les hédonistes répondent avec Aristippe de
Cyrène (vers 425 — 355 av. J.-C.) que le Mal étant la douleur, le Bien, c'est le plaisir. Les
eudémonistes, à la suite d'Épicure (341 — 270 av. J.-C.), rectifient cette conception en
affirmant que le Bien, c'est plutôt le bonheur. En revanche, les stoïciens – Sénèque (4 av. J.-
C. — 65 apr. J.-C.), Épictète (50 — 130), Marc Aurèle (121 — 180) – identifient bonheur et
vertu, celle-ci étant définie par eux avant tout comme maîtrise de soi, constance dans
l'adversité et résistance à la douleur. Ainsi se dessinent les grandes orientations qui
continuent à s'affronter jusqu'à nos jours dans le vaste domaine de l'analyse philosophique
des conduites individuelles et sociales et dans le débat sur le Bien et le Mal.
La philosophie ne se limite pas toutefois à l'examen des objectifs à court terme des actes
humains. Aussi cherche-t-elle à rendre compte de ce que nous pouvons attendre ou espérer
de l'activité humaine dans son ensemble. Cette ultime interrogation philosophique remet au
premier plan la question des fins dernières de l'humanité, ainsi que les notions de finalité
dans la Nature et de Providence divine.
Il est dès lors possible de définir la philosophie comme la réponse aux trois questions
formulées par Kant: «Que puis-je connaître? Que dois-je faire? Que m'est-il permis d'espérer?», qui désignent les domaines traditionnels de la théorie de la connaissance, de la
morale et de la métaphysique.
 


Source : Données encyclopédiques, copyright © 2001 Hachette Multimédia / Hachette Livre,
tous droits réservés.
 
 
 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:39 (2016)    Sujet du message: QU'EST-CE QUE LA PHILOSOPHIE ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    newwworld Index du Forum -> Français à l'université -> Philosophie Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com